Nouvel Economiste – démembrement de propriété, l’IFI mis à nu – éclairage de Clarisse Josse

Clarisse Josse, Responsable du pôle Ingénierie patrimoniale chez Agami Family Office, a été invitée par Le Nouvel Economiste à donner un éclairage sur le thème du démembrement de propriété dans le cadre de l’IFI.

L’intégralité de l’article est à retrouver sur le site du Nouvel Economiste.

Citations de Clarisse Josse :

Se constituer un patrimoine

(…) “En contrepartie, le nu-propriétaire ne pourra pas déduire l’éventuel crédit qu’il aurait souscrit pour acquérir ce bien au passif de l’IFI”, rappelle Clarisse Josse, responsable ingénierie patrimoniale chez Agami Family Office. Seules les dettes contractées pour un bien immobilier imposable sont en effet déductibles. Selon cette spécialiste, “un particulier peut envisager d’arbitrer un actif immobilier détenu en pleine propriété pour acquérir de la nue-propriété, mais cela dépendra toujours de sa situation familiale et patrimoniale, et du montant de ses actifs imposables : est-ce que son patrimoine immobilier est à 1,4 million d’euros ou à 10 millions d’euros ? Le bien en question fait-il partie d’un patrimoine familial à conserver ? Il faut toujours avoir une vue d’ensemble avant de prendre ce type de décision”. (…)

La pierre-papier, une alternative intéressante

(…) En contrepartie, pendant cette période, le nu-propriétaire n’a pas non plus la jouissance du bien. “L’investisseur doit en être bien conscient car cette dépossession de la jouissance peut rassurer comme créer de la frustration”, prévient Clarisse Josse. C’est pourquoi l’acquisition en nue-propriété est particulièrement adaptée à ceux qui ont de la trésorerie excédentaire ou peuvent supporter le remboursement du crédit d’un bien dont ils ne perçoivent aucun revenu. Pour ceux qui veulent mobiliser des montants moins élevés, la pierre-papier offre une alternative intéressante. Il est en effet possible d’acquérir des parts de SCPI (société civile de placement immobilier) en démembrement de propriété. “La pierre-papier permet une plus grande diversification et un ticket d’entrée plus faible”, souligne Clarisse Josse. (…)

La donation temporaire d’usufruit

(…) “Certains clients, notamment d’anciens chefs d’entreprise, souhaitent rassembler leur famille autour d’un nouveau projet suite à la cession de leur entreprise et font une donation temporaire d’usufruit à un fonds de dotation ou une fondation abritée pour quelques années, rapporte Clarisse Josse, responsable ingénierie patrimoniale chez Agami Family Office. Cela permet à la fois de sortir un bien de l’assiette de l’IFI et d’octroyer des revenus à une fondation ou à un fonds de dotation pour leurs projets associatifs.” (…)

L’intégralité de l’article signé par Jessica Berthereau est à retrouver sur le site du Nouvel Economiste.

Retour